Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Anne-Laure L.

Le blog de Anne-Laure L.

Ce blog est un récapitulatif non exhaustif de mes articles en tant que journaliste sur des sujets aussi variés que la musique, la société, l'actu... Bonne lecture!


Ibrahim Maalouf: souffle aux 4 vents

Publié par Anne-Laure L. sur 10 Août 2008, 17:27pm

Catégories : #jazz


Diasporas : jamais titre doté d’un si joli pluriel n’aura à ce point ressemblé à son auteur. Paru en octobre dernier, le premier album du trompettiste Ibrahim Maalouf, neveu de l’écrivain Amin Maalouf, reconstruit un puzzle de pièces disparates, unies par le même souffle. Peu après sa naissance en 1980 à Beyrouth, sa famille fuit un pays ravagé par la guerre civile, direction la France. Professeur de trompette et élève de Maurice André, son père Nassim lui transmet technique classique et jeu de la musique arabe, rendu possible grâce à son invention étonnante : une trompette à quatre pistons, qui permet de jouer les quarts de ton. Dès l’âge de sept ans, Ibrahim interprète les répertoires baroques et arabes, et révèle de précoces dispositions pour la réputée difficile « trompette piccolo ». Bac scientifique en poche, il manque d’embrasser la carrière d’ingénieur pour « reconstruire son pays ». Finalement, il n’aura de cessed’en redessiner les contours au gré de ses notes. Etudiant au CNR de Paris et au CNSM, il remporte une quinzaine de concours internationaux. Bientôt, la seule musique classique ne suffit plus au bonheur d’un talent épris de liberté. Il succombe au jazz, et aiguise ses armes aux côtés d’artistes aussi divers qu’Archie Shepp, M, Marcel Khalife, Toufic Farroukh, Lhasa, Vincent Delerm, Thomas Fersen, Jeanne Cherhal, Arthur H, Amadou et Mariam, Angel Parra, Enrico Macias ou encore Bumcello. Puis vient l’heure de la maturité et  celle d’inventer sa musique. Un esprit « jazz », des modulations orientales, des touches électro impressionnistes : dans la musique d’Ibrahim, il y a tout cela, la somme des influences, et bien plus encore. Avec la trompette paternelle, l’artiste transcende les cultures et les langues, s’approprie cette double identité, imagine une troisième voie pour exprimer sa voix, et son exil. Se lève alors un univers fascinant, plein d’émotion et de sincérité, lumineux autant que douloureux, subtil et personnel, servi par une trompette à la pureté inégalée. Et ce n’est qu’un début !

 

Anne-Laure Lemancel (pour Mondomix, juillet-août 2008)

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents