Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Anne-Laure L.

Le blog de Anne-Laure L.

Ce blog est un récapitulatif non exhaustif de mes articles en tant que journaliste sur des sujets aussi variés que la musique, la société, l'actu... Bonne lecture!


Opéra de Paris : dans les coulisses de la programmation.

Publié par Anne-Laure L. sur 7 Janvier 2011, 13:26pm

Catégories : #Musique classique

 Comment construit-on une saison lyrique à l’Opéra de Paris (Bastille et Garnier) ? Sur quels critères sont effectués les choix ? La directrice de la programmation Elisabeth Hirt-Pezzino lève le voile.  

 

images-copie-1.jpg


Dans son bureau du septième étage de l’Opéra Bastille, Elisabeth Hirt-Pezzino, la dynamique directrice de la programmation de l’Opéra de Paris, planche sur la saison 2015-2016. Devant elle, six classeurs renferment les secrets des années lyriques à venir. A l’origine d’une très large majorité de créations, la maison – Garnier et Bastille confondus – se doit d’anticiper : réservation de « stars » vocales plusieurs saisons à l’avance, confection des décors, des costumes, gestion des plannings de répétitions... Un véritable casse-tête qui occupe à temps plein Elisabeth Hirt-Pezzino, le directeur de la production, la directrice des plannings, mais aussi les 1500 employés de la structure ! Le choix des œuvres créées repose sur les événements, les commémorations, mais aussi sur les volontés artistiques du maître des lieux, Nicolas Joel, comme son vœu de reprendre le cycle du Ring de Wagner.

 

Surtout, Elisabeth Hirt-Pezzino insiste sur la nécessité de proposer chaque année des « blockbusters » – en 2011 : Cosi Fan Tutte de Mozart, La Tosca et Madame Butterfly de Puccini, Otello de Verdi... – dont le succès public et la manne financière permettent de présenter des ouvrages plus contemporains, tels Kátia Kabanová de Leoš Janáček, ou encore l’opéra Akhmatova du jeune compositeur Bruno Mantovani, sur la poétesse russe. Mais un « ouvrage » coûte cher ! Subventionné par l’argent public, il doit donc durer plusieurs années : à savoir ne pas constituer un seul « coup médiatique » qui enverrait l’œuvre à la poubelle une fois les modes passées. La tâche de Mme Hirt-Pezzino consiste donc à gérer les « risques » artistiques. Entre nouvelles créations et reprises, la Grande Maison propose à l’année plus de 350 représentations, dont 180 lyriques ! Des nouveautés, des standards, mais aussi des productions entières qui attendent patiemment, dans leurs vastes conteneurs en banlieues, de ressusciter sur les planches prestigieuses.


Anne-Laure Lemancel, pour L'Express

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents