Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Anne-Laure L.

Le blog de Anne-Laure L.

Ce blog est un récapitulatif non exhaustif de mes articles en tant que journaliste sur des sujets aussi variés que la musique, la société, l'actu... Bonne lecture!


Thierry Giappiconi: Apprendre à dire "moi"

Publié par Anne-Laure L. sur 20 Janvier 2010, 18:49pm

Catégories : #territorial

  Conservateur en chef de la bibliothèque de Fresnes, Thierry Giappiconi, fervent humaniste, dirige l’institution sur cette foi héritée des lumières : la connaissance rend libre.

 

http://images.blog-24.com/630000/631000/631453.jpg


 « Il faut que vous appreniez à dire “Moi” ». Extraite du Discours à la Jeunesse de Jaurès, cette formule sous-tend l’épopée de Thierry Giappiconi, conservateur en chef de la bibliothèque de Fresnes (94). De stature élégante, classe jusqu’au bout des phrases, l’homme émaille son verbe paisible, au feu sous-jacent, de références littéraires. Aux portes du CNFPT, il cite une description de la Madeleine par Maupassant, convoque autour d’un café La Nuit et le Moment, La Princesse de Clèves, Les Liaisons Dangereuses… textes fondateurs, œuvres d’apprentissages, formidables rencontres. Celui qui « tomba physiquement malade » à 14 ans au fil du Voyage au Bout de la Nuit, ne sut d’ailleurs jamais si la douleur provenait de la violence du texte, ou du désir de sécher l’école, pour achever Céline. Loin de tout snobisme, Thierry Giappiconi évoque ces amours les yeux étoilés, expériences sensitives qui façonnèrent son esprit, peut-être sa chair. Nous le suivons pas à pas dans ses relations à Tocqueville, à Schiller, dans ses pérégrinations sur les canaux vénitiens où les mercenaires corses – dont ses ancêtres – apportaient leur soutien à la révolte de l’Ile de Beauté contre la République de Gênes, il y a trois siècles : son actuel sujet de thèse. Un héritage insulaire qu’il aime sans exclusive, loin de tout nationalisme, question de ses origines pour embrasser le large : « Comme toute aventure humaine, un travail intellectuel rigoureux reconsidère le monde, évite une pensée trop ancrée dans la routine ou le quotidien – une capacité à s’extraire », aime-t-il à souligner.

 

A l’issue de son service militaire en 1975, ce titulaire d’un DEA d’histoire intègre donc le poste de conservateur à Fresnes, où il officie depuis 35 ans. A cette vocation, deux raisons : le désir de suivre le fil d’une curiosité insatiable, souffle vital, et celui de le propager. En échos au théoricien des bibliothèques Eugène Morel, il évoque cette « deuxième chance », « là où l’école a échoué, la bibliothèque répare ». Formation de l’esprit critique, indépendance de la pensée, rempart au conformisme et à l’ « anticonformisme normé des jeunes », lutte contre l’agressivité sans révolte, magie de pouvoir dire « je » hors des diktats prémâchés… il définit ainsi sa mission : faire accéder au plus grand nombre ce socle de connaissances incontournables, aussi indispensable à la liberté que les conditions d’existence matérielles, qu’il défend au sein de FO. Un Essentiel qu’il ne saurait brader. Loin d’une « démagogie » réactionnaire, qui confondrait culture et loisir, transformerait les bibliothèques en succédanés de FNAC ou de « Maisons de la Presse », pour attirer les fidèles, loin de ces dirigeants qui présument de ce qui est bon pour les usagers et les confortent dans leur « communautarisme », il revendique, à la suite de Vitez et Vilar, un « élitisme pour tous ».  


Une éthique du service public au sens le plus noble, donc, qui a su s’accompagner d’outils marketings avisés : mutualisation des initiatives au sein de son équipe, recherche de partenariats (crèches, écoles…), transfert hors les murs. A l’heure d’une « crise des institutions culturelles et d’une suprématie des valeurs de l’entreprise », cet auteur de trois ouvrages sur l’évaluation et le management des bibliothèques, maître de conférences à l’Université, poursuit donc inlassablement l’objectif d’un « bénéfice public ». A la bibliothèque de Fresnes, les chiffres, en constante augmentation – 25% d’usagers actifs – légitiment une action, qui, loin de se cantonner à son pré carré, cherche à l’international des réponses à ses questions. Pourfendeur du « moi », Thierry Giappiconi n’en bouscule donc pas moins ses limites : l’individualité contre l’individualisme, l’affirmation d’un « je » pour rêver cette utopie, le « nous », comme la construction d’une identité, qui loin d’être nationale, s’affirme citoyenne.

 

 

 

1975 : Directeur de la bibliothèque de Fresnes

1987-1991, puis 1995-1999 : Au sein de l’IFLA*, président du groupe de travail pour la mise à jour du manifeste de l'UNESCO en faveur des bibliothèques publiques

1993 : Elaboration des normes ISO  « statistiques internationales de bibliothèques » et  « Indicateurs  de performance des bibliothèques »

1996 : Membre du Conseil National d'Orientation du CNFPT

1997-1999 : Programmation et ouverture de la nouvelle bibliothèque de Fresnes

2002 : Qualification aux fonctions de Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication.

*International Federation of Library Associations and Institutions

 

Anne-Laure Lemancel, pour La Gazette des Communes, janvier 2010

 


 


 

 












  

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents