Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Anne-Laure L.

Le blog de Anne-Laure L.

Ce blog est un récapitulatif non exhaustif de mes articles en tant que journaliste sur des sujets aussi variés que la musique, la société, l'actu... Bonne lecture!


Fanga fête 10 ans de groove

Publié par Anne-Laure L. sur 25 Novembre 2011, 17:10pm

Catégories : #musiques des mondes

 Pour fêter comme il se doit ses 10 ans, le groupe montpelliérain d’afrobeat Fanga a sorti un album+DVD Live, Afrokaliptyk Nation, où les bougies laissent place à un véritable feu d’artifice : une explosion tous azimuts d’influences soul, jazz, funk, mandingues... Happy Birthday !

 

http://www.lemellotron.com/wp-content/uploads/fanga_tribeqa-invitations_glazart.jpg

 

  Nigeria, années 1970 – à la tête de sa République de Kalakuta, Fela Anikulapo Kuti pose les jalons d’une musique nouvelle, née de la fusion bouillonnante du highlife ghanéen, du funk et du jazz... Sur cette bande-son torride, propice à toutes les digressions, aux transes survoltées, le héros révolutionnaire balance des brulots, change le monde, le temps de titres hypnotiques. Parce qu’il fit de son art une arme et de sa vie un engagement sans faille, Fela exerce jusqu’aujourd’hui une fascination magnétique sur ses héritiers : ses fils, d’abord, Seun et Femi, mais aussi tous ceux qui, aux quatre coins du monde, perpétuent le combat. Dans son autobiographie, Miles Davis écrivit : « La musique de Fela regarde l’avenir ». Près de quinze ans après la disparition du « Black President » en 1997, le présent confirme l’éclosion d’une « Internationale » afrobeat : aux USA, avec Antibalas et Kokolo ; au Canada, avec The Soul Jazz Orchestra et Mr Something Something ; mais aussi en Angleterre, Israël, Brésil, Finlande...


La Force Spirituelle de l’Hexagone/ Et en France ? En tête de file des groupes hexagonaux, Fanga fête aujourd’hui ses 10 ans d’existence, avec la parution d’Afrokaliptyp Nation, un album+DVD Live, enregistré dans leur fief de Montpellier, composé de reprises, de deux inédits et d’un titre de Fela (International Thief Thief)! Tout commence, début 00’s, sur des beats hip-hop : le rappeur Yves Khoury, aka Korbo, et son producteur Serge Amiano visent le pouls de l’Afrique. Le coup de foudre vient finalement de Black Voices de Tony Allen, le batteur de Fela. La musique de Fanga sera afrobeat ou ne sera pas. Aux balbutiements, Korbo et sa bande mêlent donc des samples, des boucles électro, et le flow du rap au son de leur idole : autant d’ingrédients qui constituent leur « signature », présente à chaque mesure de ce live. Chargé de sueur, de gros cuivres qui tâchent, de claviers jazzy, d’un groove millimétré, et d’une interaction constante avec le public, ce disque anniversaire constitue une excellente synthèse de leur aventure. On y sent ainsi la cohésion d’un groupe soudé, habitué des scènes de France et de Navarre, on y devine les souvenirs mythiques d’un concert-vodka-miel d’anthologie par -23̊ dans un bled de montagne polonais, les aléas de la formation, mais aussi cette « force spirituelle » (la traduction du terme dioula « Fanga ») qui les anime depuis leur début. Surtout, ce live, résume bien leur itinéraire : de leur premier album Afrokaliptyk (2003), très branché hip hop, à leurs avant-dernier Sira Ba (2009), qui dévoile une totale virtuosité dans l’impro jazz, en passant par leur deuxième, le très frais Natural Juice (2007), premier pas maîtrisé dans l’univers de l’afro-beat... tout explose sous leurs sons, empreints d’une belle maturité. Sur ces morceaux de transe d’une dizaine de minutes, tissés de percussions, d’envolée fiévreuse des cuivres et des claviers, la voix de Korbo résonne en dioula, consciente, militante, rageuse, rythmée, intraitable avec les injustices de tout poil.

 



Un album impeccable donc, qui semble ouvrir la porte d’un nouveau chapitre, car comme l’explique Korbo : « Ces dix dernières années, nous étions encore des élèves qui apprenions l’afro-beat. Aujourd’hui, nous nous appuyons sur ces fondements pour prendre notre envol et toucher d’autres horizons ». En attendant la suite, on appréciera ce cocktail (molotov) parfaitement dosé de soul, funk, jazz, et autres influences mandingues, soit : une irrésistible invitation à se déhancher le poing levé !


Anne-Laure Lemancel, pour Evene 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents