Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Anne-Laure L.

Le blog de Anne-Laure L.

Ce blog est un récapitulatif non exhaustif de mes articles en tant que journaliste sur des sujets aussi variés que la musique, la société, l'actu... Bonne lecture!


Gogol Bordello: Ni Punks, Ni Soumis

Publié par Anne-Laure L. sur 7 Mai 2010, 17:20pm

Catégories : #musiques des mondes

 

 Avec leur dernier album Trans-Continental Hustle, le combo new-yorkais « punk » tsigane Gogol Bordello propage une nouvelle fois le feu de leur énergie débridée. Rencontre avec Eugene Hütz, leur leader haut en couleur !


http://1.bp.blogspot.com/_J5Ag4Y4p-sI/TRD-BvbodYI/AAAAAAAAHZU/2xBh01-4hWc/s1600/GOGOL+Trans-ContinentalHustle.jpgQui, une fois dans sa vie, a vécu l’expérience Gogol Bordello connaît la foule en sueur, les hordes contagieuses de fous-furieux morts de rire, bousculés dans d’incessants pogos... Du Punk, le Vrai, se marre-t-on naïvement, soutenus par la labellisation origine « gipsy punk » contrôlée. Non, non, non, soupirent avec flegme les moustaches d’Eugene Hütz, leur leader, prêtes à en découdre avec le moindre carcan, susceptible de briser leurs pouvoirs énergétiques ! Plutôt de l’anarchie brute, 100% positive! Sur ce disque, les GB, diplômés ès foutage de bordel, propagent ce « tourbillon trans-continental », reflet de la vie d’Eugene : existence itinérante sans domicile fixe, avec au compteur déboires amoureuses, kilométrage romantique... Et la conviction, d’après Bukowski, que seule compte la façon dont tu traverses le feu. Le secret de la fougue d’Eugene ? Ni energy drinks, ni drogue, mais un entraînement de champion de marathon en Ukraine, et l’inscription dans son ADN de cette énergie, qui électrise n’importe quel public. GB ne répond donc pas vraiment au triptyque « Sex, Drugs & Rock’n’roll ». Ne s’inscrit pas non plus dans cette nouvelle vague branchée « métissée-gipsy ». Voire s’éloigne radicalement de ces « djs pour magasins de chaussure, qui pillent des airs de Roumanie, et les saupoudrent de boîte à rythme ». Question d’authenticité. « Dans GB, il n’y a ni fumée, ni miroir ! Juste des instruments, du chant, garantis sans connerie ajoutée ».

 

 

 

 

Carnavalesque/De son débit lent, Eugene se définit donc en négatif. Mais pour de vrai ? Ca commence par un Ukrainien gipsy qui s’en fout d’être gipsy. Mais qui, émigrant à NY, revoit ses origines sous un autre prisme. Un mec qui, lorsqu’il débarque en terres US, joue aussi bien du métal que du folklore russo-ukrainien. Puis mélange tout. Un utopiste qui a rêvé fort d’une « Familia Understructable » (sous-titre de GB), où chaque membre exprimerait la force de son caractère dans la splendeur de ses improvisations. Un artiste qui ne gère pas tout à fait son statut d’immigré, cicatrice au cœur de ses chansons, et trimballe sa musique comme sa maison, son unique passeport. Dans les yeux délavés d’Eugene, serpente alors cette longue route grise, sans bâtiments, sans sable, sans arbre, qu’il arpentait enfant en allers-retours. Un itinéraire monotone, qu’il coloriait de ses fantasmes de carnaval. Rien d’étonnant, alors, à ce qu’il squatte la plupart du temps à Rio et se déclare « professionnel » de cette fête où s’entrecroisent 1000 courants d’énergies, les plus viles comme les plus vives, parmi lesquels naviguer reste une science. Somme d’antagonismes, de flux, de punk-gipsy, d’influences brésiliennes, chaud-bouillant comme le carnaval, Gogol Bordello laisse ouverts tous les possibles. Et toutes les interprétations.


Anne-Laure Lemancel

Gogol Bordello Trans-Continental Hustle Columbia/DMZ

 

Pour Mondomix, mai 2010

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents